samedi 13 décembre 2014

101. Il me gonfle mon gosse, je comprends que certains congèlent les leurs !

— Euh... genre, tu le mets au congélateur pour le manger plus tard ? Remarque, c'est pratique hein, si un jour t'as du monde à la maison qui s'invite à manger par surprise et que t'as pas eu le temps de faire les courses : hop, un bon p'tit gigot de mouflet ! Miam, miam !


Blague à part : les femmes qui font ça se trouvent face à un déni de grossesse. Toi, c'est juste un déni de connerie.  


vendredi 12 décembre 2014

Vous aussi, vous avez eu une phrase insolite ou déplaisante concernant votre infertilité ?

Alors, n'hésitez pas à me la proposer afin que je puisse écrire un petit article à ce sujet.

Attention, veillez bien à ce que votre phrase ne figure pas dans la liste des articles déjà établis (ou ne me proposez pas une phrase y ressemblant trop). En effet, je reçois beaucoup de messages privés me demandant d'écrire des articles déjà existants... 

Pour vous aider (et parce que mine de rien, il y a déjà 100 phrases sur le blog) je vous rappelle la liste des 100 choses à ne pas dire déjà présentes sur le blog.

J'attends vos nouvelles idées avec impatience !

1. C'est dans ta tête
2. Si ton mec ne sait pas comment te faire un enfant, je peux t'aider, moi !
3. Vous êtes jeunes !
4. Moi aussi j'ai galéré pour avoir mon enfant... j'ai attendu 6 mois !
5. Oh ça y est, t'es enceinte ?
6. Tu devrais adopter !
7. T'es sûre que tu le veux vraiment ?
8. Vous avez le mode d'emploi ?
9. Alors, c'est pour quand le bébé ?
10. Tu devrais changer de mec !
11. Je ne t’invite pas, pour ne pas te faire de peine
12. T'as de la chance de ne pas avoir d'enfant !
13. Arrête d'y penser !
14. C'est pour quand le deuxième ?
15. T'as de la chance, toi au moins tu as eu le temps de te faire à l'idée... Moi c'est arrivé trop vite.
16. Tu veux que je te prête le mien pour voir ce que ça fait ?
17. Tu te rends compte la pauvre, elle ne peut pas avoir d'enfant ! Merde, toi non plus !
18. Faut te faire une raison, la nature est quand même bien faite. Si ça ne marche pas, c'est que c'est mieux comme ça !
19. Vous ne vous trompez pas de trou ?
20. Je voulais te demander : toutes ces piqûres, ça fait mal ?
21. Tu ne pourrais pas te réjouir pour les autres ?
22. Tu devrais te dépêcher, tu vas être vieille !
23. Faut qu'on se dépêche, parce que si on est comme vous, ça craint !
24. Tu ne peux pas comprendre, tu n'as pas d'enfant !
25. J’ai une copine qui a fait des FIV, elle a un cancer et les docs pensent que c’est lié…
26. C’est bon quoi, y en a qui sont bien plus à plaindre que toi quand même, y a pire que ça dans la vie !
27. Oh, mais pourquoi tu ne m'en as pas parlé avant ? J'aurais pu t'aider...
28. Pars en vacances !
29. Fais le poirier !
30. Ça a marché une fois, donc ça remarchera...
31. Mon enfant, c’est ma raison de vivre…
32. Ton combat ne me concerne pas !
33. Au lieu de te plaindre, profite de tes grasses matinées ! Moi, j'en rêve !
34. En fait, c'est toi ou c'est lui le problème ?
35. Vois le bon côté : au moins t'auras pas de vergetures, toi !
36. Tout vient à point à qui sait attendre…
37. Arrête de t’acharner !
38. Tu sais, être enceinte, c’est pas si génial que ça…
39. Ce n’est pas grave si tu ne peux pas me donner de petits-enfants : ton frère m’en a déjà fait trois !
40. La PMA, c’est tellement contre-nature…
41. Et sinon, il est normal du coup votre enfant ?
42. J’aimerais pas être « comme toi »…
43. T'en penses quoi, je dois avorter ou pas ?
44. Bonne année, bonne santé et surtout, un bébé dans l’année !
45. Tu devrais perdre du poids…
46. Quoi ? Tu vas faire une Insémination Artificielle ? Le truc comme pour les vaches ?
47. Pour tomber enceinte, faut enlever le préservatif, mouarf, mouarf, mouarf !
48. Mince, ta FIV n’a pas marché… Tu ne voudrais pas venir avec moi chez Aubert ? Ça te changerait les idées et puis j’ai pas envie d’y aller toute seule !
49. Tu devrais aller voir un psy…
50. Il faut enlever sa culotte avant de se coucher, sinon ça ne marche pas !
51. J’espère au moins que le bébé est en route !
52. T’as de la chance, toi au moins, t’as une super excuse pour te secouer la nouille !
53. Tu devrais garder des enfants de temps en temps, ça te ferait sûrement un déclic !
54. Ah, t’es infertile ? Moi, je croyais que tu n’aimais pas les enfants ! C’est pas ça, alors ?
55. Ben alors, ton mec tire à blanc ou quoi ?
56. Tu sais, être stérile, ça permet de réguler la population. C’est une sélection naturelle…
57. Le problème avec les traitements, c’est que tu augmentes le risque d’avoir des jumeaux, ou pire, des triplés ! Mais quelle horreur !
58. Moi, je n'ai pas ce problème, donc ça ne m'intéresse pas !
59. Pourtant, faire un bébé c'est facile : tu fais l'amour, puis tu attends !
60. Snif, c’est mon second mois d’essai et j’ai toujours pas de bébé… Tu voudrais pas me consoler ?
61. P’t’être que si ça ne marche pas, c’est que vous ne faites pas « tagada-tsoin-tsoin » assez souvent et que du coup, les spermatozoïdes sont moisis…
62. Mais tu t’en fous en fait ? Parce qu’on dirait que ça ne te fait rien que ça ne marche pas…
63. Oh, t'es enceinte, c'est super chouette ! Mais... tu l'as eu toute seule ?
64. Tu coûtes cher à la société !
65. Adopte un de ces enfants dont personne ne veut…
66. Pourquoi tu t’emmerdes à en vouloir un second ? Tu peux pas te contenter d’un seul ?
67. Je ne sais pas comment tu fais pour supporter tout ça… Moi, je ne pourrais pas…
68. C’est super que tu fasses des fausses-couches ! Au moins, ça veut dire que ça marche !
69. Tu sais que c’est pas en faisant un 69 qu’on fait un bébé ?
70. Je suis contre les mères porteuses ! C’est comme un inceste, beurk !
71. On pensait t’offrir un « bébé reborn » pour essayer de te décoincer…
72. Hors de question que tu passes par un don ou que tu adoptes : ce ne sera pas ton enfant !
73. T'as de la chance d'être en infertilité inexpliquée, car au moins pour toi ça marchera.
74. Si ça ne marche pas, c'est peut-être parce que tu n'as pas l'instinct maternel...
75. Allez quoi, te laisse pas abattre : rebondis !
76. C'est pas très grave si tu ne peux pas avoir d'enfant : console-toi avec tes neveux et nièces !
77. Pour ne plus être infertile : arrête de manger du gluten !
78. J'suis trop dégoûtée ! Je suis enceinte d'une fille ! Moi, je voulais un garçon !
79. J'espère que je ne suis pas encore enceinte, sinon il part direct aux chiottes !
80. Si c’est pas honteux, ça ! Elle se fait des piqûres pour avoir un bébé, n’importe quoi !
81. Tu devrais être contente d’être infertile ! Ben oui, tu te rends compte des économies que tu fais en contraceptif ? Moi, ça me coûte une fortune !
82. Ton attitude devient insupportable : tu te métamorphoses dès qu’on parle de bébé, on ne peut jamais rien dire !
83. Mais non, t’as pas fait cette FIV pour rien : c’est juste un pas de plus pour y arriver !
84. Il paraît que l'infertilité, c'est souvent psychologique...
85. Tu n’as pas besoin d’enfant maintenant que t’as acheté ton chien…
86. Oui, ben, je suis désolé, madame, mais les traitements hormonaux qui font grossir, c'est une légende, hein ! Z'avez qu'à moins vous goinfrer !
87. Plutôt que de te lamenter de ne pas avoir d'enfant, sois heureuse et fais du sport !
88. Au moins toi, t'as pas de problèmes pour faire garder tes gosses puisque t'en as pas !
89. Moi au moins je te comprends. Je sais ce que c'est de perdre un bébé puisque j'ai fait une IVG.
90. Je ne t'ai pas annoncé ma grossesse parce que je ne voulais pas te faire de peine...
91. Ben voilà, maintenant que t'as enfin réussi à en faire un, tu verras que le second viendra tout seul !
92. J'suis dégoûtée, je suis encore enceinte... c'est un accident !
93. Après avoir eu un bébé éprouvette, tu dois être heureuse d'avoir un bébé « vraiment » à toi, cette fois...
94. T'as pas l'impression de faire un caprice en voulant ce gamin à tout prix ?
95. Et sinon, vous avez déjà essayé de concevoir naturellement avant de passer par la PMA ?
96. Je vois vraiment pas pourquoi t'es fatiguée alors que t'as pas d'enfant, toi !
97. Ton mari va forcément finir par te quitter si tu peux pas lui faire d'enfant...
98. Moi, je ne veux pas d'enfant, et pour être tranquille et qu'on ne me juge pas, je dis que je suis infertile.
99. C'est la fête des mères (pères) et je vais me retrouver avec une babiole toute pourrie de plus !
100. La grossesse vous va bien ! Vous êtes enceinte de combien ?


lundi 1 décembre 2014

100. La grossesse vous va bien ! Vous êtes enceinte de combien ?

— De zéro ! J'ai juste pris vingt-cinq kilos à cause des traitements hormonaux pour avoir un enfant, c'est tout ! Et du coup, ces kilos sans la grossesse, ça me va toujours aussi bien ou pas ?


dimanche 23 novembre 2014

99. C'est la fête des mères (pères) et je vais me retrouver avec une babiole toute pourrie de plus !

 Avoir un enfant, c'est risquer de recevoir le jour de la fête des mères/pères :
- Un cendrier quand on est non-fumeur.
- Un collier de nouille qui attire les mites alimentaires.
- Des bracelets trop grands en grosses perles de boules de terre multicolores.
- Un pot à crayons en boîte de conserve aux bords tranchants.
- Un pot de fleurs en papier qui se décompose une fois la fleur arrosée.
- Un Mug en rouleau de PQ.
- Un cadre photo en pinces à linge…
Liste non exhaustive…

Mais...
Avoir un enfant, c'est recevoir à coup sûr le jour de la fête des mères/pères :
- La plus belle des babioles qui, même si elle est pourrie et qu'elle ne sert à rien, vous rappelle dès que vous la regardez, que vous avez l'immense chance (quand tant d'autres en rêve encore) d'être une maman ou un papa !


lundi 10 novembre 2014

98. Moi, je ne veux pas d'enfant, et pour être tranquille et qu'on ne me juge pas, je dis que je suis infertile.

Je trouve cette attitude totalement injuste ! Car un infertile, lui, NE PEUT PAS avoir d'enfant. Ce n'est en aucun cas son choix !

En exagérant un peu, c'est comme si un mec dégarni fait le choix de se raser le crâne et qui, pour ne pas qu'on l'enquiquine avec la perte de ses cheveux, prétexte qu'il a le cancer !
Ce cas-là est choquant, et on ne le fait pas ! Pourquoi ? Parce qu'on touche à la maladie... Eh bien, pour rappel, l'infertilité est aussi une maladie.

Donc, mesdames, qui faites le choix (que je respecte) de ne pas avoir d'enfant, soyez gentilles : assumez-le. En plus, vous avez de la chance, être une « no-kids » ou « childless free » est hyper tendance ! Profitez-en !


mercredi 29 octobre 2014

97. Ton mari va forcément finir par te quitter si tu peux pas lui faire d'enfant...

— Bah, mais n'importe quoi ! Et l'amour dans tout ça ? Moi j'y crois, notre amour est plus fort que tout ! Et puis, je ne lui sers pas qu'à ça non plus ! Je lui sers aussi à faire son ménage, ses repas, ses courses, laver son linge, remplir ses papiers, cirer ses chaussures, et tout et tout et tout... Nan, j'suis confiante, il va me garder quand même !


lundi 20 octobre 2014

96. Je vois vraiment pas pourquoi t'es fatiguée alors que t'as pas d'enfant, toi !

Peut-être est-ce à cause de tous les allers-retours que je fais depuis plusieurs jours jusqu'à l'hôpital, pour effectuer mes prises de sang et échographies de contrôle, tout ça en plus de mon travail.

Peut-être est-ce dû aux effets secondaires de mes traitements hormonaux... tu sais bien, ceux qui nous font ressembler à une femme enceinte sauf qu'on ne l'est pas !

Peut-être est-ce parce que hier soir, j'étais tellement stressée par la ponction d'ovocytes de ce matin que ça m'a empêché de dormir. Une nuit blanche sans fiesta, c'est pas terrible !

Peut-être aussi est-ce parce que j'ai dû me lever à 5h du mat pour être à 7h à l'hosto pour cette ponction.

Peut-être que cette fameuse ponction m'a fichue KO, parce qu'une ponction d'ovocytes, c'est quand même pas anodin... Un jour, je te raconterai, si tu veux...

Peut-être que c'est tout ça à la fois, ou peut-être que j'suis juste une chochotte, j'sais pas trop...

Mais une chose est sûre, je préférerais être fatiguée à cause du ramassage intensif de jouets qui traînent par terre... y a pas photo !


samedi 18 octobre 2014

Le blog des « 1001 choses à ne pas dire aux infertiles » a 1 an !

Aujourd'hui, nous fêtons le 1er anniversaire de notre bébé, à Ludow et moi. Ce qui au départ n'était qu'un « petit délire » entre une auteure et un illustrateur, s'est rapidement transformé en quelque chose de sacré pour moi. Il m'a tout d'abord porté chance puisque je suis tombée enceinte quelques jours après sa conception (c'est presque comme si j'avais eu des jumeaux, lol). Puis, il m'a permis de dédramatiser certaines phrases et certains propos que j'ai pu entendre durant ces années d'infertilité. Et enfin, il a aidé grand nombre d'hommes et de femmes à se sentir compris et moins seuls face à ces commentaires souvent désobligeants, et ça, ça n'a pas de prix !

Je laisse la parole à Ludow (pas longtemps hein, parce que bavard comme il est, ça pourrait durer trois plombes) :
« Merci Amandine pour ces compliments sur ma grande... capacité à radoter... hum... OK, c'est bon, ne me frappe pas, hein ! Je disais donc merci au destin d'avoir fait croiser nos routes et merci à vous de nous être si fidèles ! Je suis heureux que mes illustrations puissent redonner le sourire à celles et ceux qui l'ont perdu et que nos articles vous servent à expliquer avec diplomatie (ou pas) vos sentiments à vos proches (ou pas, aussi). Nous ne voulons pas mener une guerre contre les cons (nous n'aurions pas assez de balles), mais au moins mettre en images et en mots vos ressentis et les expériences que vous pouvez avoir vécu. Merci à vous ! »

(Quand je vous disais qu'il est bavard ! Enfin, ça va qu'il gribouille pas trop mal, ça rattrape un peu le truc...)

Voilà, en 1 an, vous avez été nombreux à nous soutenir, nous encourager, et nous remercier aussi.

Aujourd'hui, c'est nous qui vous remercions, pour votre soutien et votre fidélité. On continue 1 an de plus ? Avec, sûr et certain, la première moitié du blog en livre d'ici peu, et peut-être aussi la seconde un peu plus tard, pourquoi pas...


vendredi 10 octobre 2014

95. Et sinon, vous avez déjà essayé de concevoir naturellement avant de passer par la PMA ?

Oui, je sais, moi aussi je trouve cette question plutôt débile. Mais comme ce n'est pas marrant de répondre « oui », voici quelques idées de réponses qui pourront peut-être vous aider à en rire :

— Euh... quand tu dis « naturellement », tu parles du truc où l'homme doit fourrer son machin dans le dedans de moi ? Ça va pas, non ? Beurkkkkkkkkkkk !

— Certainement pas ! Chéri et moi, ça fait 10 ans qu'on est ensemble, on n'a pas envie de se marier et notre religion nous interdit de faire ces cochonneries avant le mariage ! Ben oui, je suis vierge, qu'est-ce que tu crois ? Mais comme on veut des enfants, ben on a trouvé LA solution : la PMA ! Tadaaaaaaaaaaaa !

— Ben non, hein ! Faire des enfants de façon aussi classique, c'est vraiment trop has been pour nous, désolée ! Faut sortir de son trou et se mettre à la page un peu ! La PMA, c'est top tendance !

— Bon OK, j'avoue tout : on n'a jamais essayé de concevoir un enfant naturellement ! On ne voyait pas l'intérêt de se faire plaisir alors qu'à la place on pouvait se torturer avec des examens à gogo et des piqûres à n'en plus finir...

— Merde ! J'ai un QI encore moins élevé que celui d'une pintade alors j'y avais pas pensé... Putain, toi t'es un véritable ami !


vendredi 3 octobre 2014

94. T'as pas l'impression de faire un caprice en voulant ce gamin à tout prix ?

Un caprice, par définition, est une volonté soudaine et irréfléchie.
Notre désir d'enfant, est au contraire, tout à fait réfléchi, loin d'être une simple lubie.
Un caprice se dissipe assez rapidement avec le temps.
Notre désir d'enfant, au contraire, amplifie au fil des mois qui s'écoulent.

Ce désir, bien plus qu'une envie, est un besoin.
On n'a pas envie du dernier I-phone, on a besoin d'un enfant.

Nous ne sommes plus des gamins de 4 ans qui faisons des caprices pour un jouet !
Nous sommes des êtres humains, qui ressentons un besoin viscéral, un besoin aussi vital que respirer.

Être infertile et vouloir un enfant à tout prix, ce n'est pas être capricieux, non !.
Être infertile et vouloir un enfant à tout prix, c'est comme être en apnée et chercher sa bouffée d'air par n'importe quel moyen.

Être infertile, c'est comme souffrir de ne plus pouvoir respirer...



jeudi 2 octobre 2014

Où sont Ludow et Amandine ? Le jeu !

Nous vous proposons un petit jeu dans lequel vous devez retrouver nos personnages (Ludow et moi) parmi tous ceux rencontrés tout au long de ces 93 articles... Une manière de revoir toutes les gentilles personnes aux paroles si connes charmantes. Après "Où est Charlie", voici "Où sont Ludow et Amandine ?". On n'a pas mis le dessin en couleur, parce que la chemise rose à fleurs jaunes de Ludow aurait été trop voyante. Y a rien à gagner, hein, c'est juste pour le fun ! On joue pour le plaisir.
Bonne chance à tou(te)s

Ps : Si comme moi, vous êtes un peu miro et que vous n'avez pas de loupe sous la main, n'oubliez pas que vous pouvez agrandir l'image. Pour cela, maintenez la touche "Ctrl" enfoncée tout en appuyant plusieurs fois sur la touche + (ou utiliser la roulette de votre souris au lieu du +). Pour revenir à la taille de départ, faites l'opération inverse (Ctrl et - ; ou Ctrl et roulette de la souris dans le sens inverse).


mardi 23 septembre 2014

93. Après avoir eu un bébé éprouvette, tu dois être heureuse d'avoir un bébé « vraiment » à toi, cette fois...

Bien sûr, je comprends parfaitement ce qu'a réellement voulu dire la personne en prononçant cette phrase, mais je n'ai pas pu m'empêcher malgré tout de froncer un sourcil (voire même les deux) en l'entendant.
Évidemment, ça fait plaisir d'avoir un bébé naturellement après de nombreuses années d'infertilité. Mais mes bébés éprouvettes sont ma fierté, le reflet de mes combats, mes victoires sur la nature (qui est parfois une sale chienne, vous êtes d'accord !) et j'ai forcément été heureuse d'avoir ces bébés qui – eux aussi – sont vraiment à moi, je vous assure !

La conception d'un enfant s'effectue avant tout dans notre cœur, même si elle ne commence pas forcément dans notre ventre...


lundi 15 septembre 2014

92. J'suis dégoûtée, je suis encore enceinte... c'est un accident !

— Un accident ? Du genre : tu te promenais bien tranquillement dans la rue en regardant les petits oiseaux quand soudainement, tu as trébuché et paf, t'es tombée sur un zizi ?

Oui, oui, oui, on le connaît bien le coup de « l'accident ». Faut dire qu'il y a trop de choses qui traînent n'importe où, et trop de gens maladroits qui « tombent » dessus par inadvertance : des leviers de vitesse, des courgettes, des ampoules ou des zizis qui mettent en cloquent ! Les urgentistes et les pompiers le constatent tous les jours, si vous voyez ce que je veux dire... hum, hum !

Pour beaucoup, ce n'est pas vraiment ça, un accident...

What else ?


vendredi 5 septembre 2014

91. Ben voilà, maintenant que t'as enfin réussi à en faire un, tu verras que le second viendra tout seul !

C'est vrai... ou pas !

Je ne suis ni biologiste ni scientifique, mais je vais tout de même essayer de vous expliquer ce que j'ai appris.
Il existe effectivement parfois un processus que l'on pourrait appeler « la mémoire du corps ». Ce dernier « se souvient » et se trouve soudain capable de faire ce qui lui paraissait auparavant impossible.
Oui, le corps manque parfois de confiance en lui...

La médecine vétérinaire utilise ce que l'on appelle « l'embryon thérapeutique » chez certains mammifères domestiques (femelles) ne parvenant pas à concevoir. Un embryon issu d'un autre couple lui est transféré puis retiré après quelques jours d'implantation (on l'avorte si vous préférez). Généralement, à la suite de cela, une insémination aboutie à une réussite. Les chercheurs n'ont, à ce jour, aucune explication logique à ce phénomène.

Lors de mes essais pour bébé 1, tandis que tout le monde ne cessait de me rabâcher que tout venait de ma tête (oui, vous aussi, vous connaissez la chanson), un magnétiseur m'a dit que c'était plutôt « mon corps » qui faisait un « blocage »... Sur le moment, je l'ai pris pour un charlot, un rigolo, un charlatan, bref, j'ai pensé qu'il se fichait de moi...
J'ai pourtant fortement espéré que la théorie de cette mémoire du corps fonctionne lors de mes essais pour bébé 2...
Hélas, le corps est parfois extrêmement têtu et a vraiment du mal à croire qu'il PEUT le faire...

Pour ma part, et contre toute attente, le mien a quand même fini par comprendre... pour bébé 3 ! (alleluya, youpi, youplaboum !)

Ceci dit, il me paraît important de revenir sur ma première phrase, en particulier sur les deux derniers mots : « ou pas ». En effet, d'une part ce n'est pas systématique (ce serait vraiment trop beau) et d'autre part, cela ne concerne pas les couples dont l'infertilité est d'origine masculine (si, si, les hommes infertiles, ça existe, contrairement à ce que peuvent penser certaines personnes qui croient que c'est toujours la faute de la femme).



vendredi 8 août 2014

89. Moi au moins je te comprends. Je sais ce que c'est de perdre un bébé puisque j'ai fait une IVG.

Bien évidemment, on ne doit JAMAIS dire ceci à une infertile, ni même à une non-infertile d'ailleurs ! On ne parle pas ici d'IMG (Interruption Médicale de Grossesse) mais bien d'IVG (Interruption Volontaire de Grossesse).
L'IVG est, en règle générale, un choix volontaire, qui se respecte mais qui n'est en aucun cas comparable à une fausse-couche.

Imaginez, ça serait un peu comme si je me rendais en Somalie, et que je disais à l'un des habitants complètement affamé :
— Nan, mais j'te comprends, tu sais ! Moi aussi, j'ai fait une grève de la faim pour protester contre la hausse des impôts... donc je sais ce que c'est !

Tss, tss, tss...



vendredi 27 juin 2014

88. Au moins toi, t'as pas de problèmes pour faire garder tes gosses puisque t'en as pas !

Dire cette phrase à un infertile, c'est un peu comme lui coller une énorme cible en plein cœur et le viser d'une flèche empoisonnée. Parfois, les réflexions que l'on nous fait sont de la simple maladresse, ou de l'humour douteux, mais parfois, ce n'est que de la pure méchanceté. OK, faire garder les enfants peut s'avérer être un véritable casse-tête, j'en conviens. Mais est-ce une raison suffisante pour attaquer de la sorte ?

Et après, les gens vont se demander pourquoi on ne peut plus rien nous dire sans qu'on "saute au plafond"... (oui, bon, c'est pratique pour nettoyer les tataragnes toiles d'araignées, mais quand même...)


vendredi 20 juin 2014

87. Plutôt que de te lamenter de ne pas avoir d'enfant, sois heureuse et fais du sport !

Bon, alors déjà, je vais être claire : je déteste faire du sport ! Ça me fatigue d'en faire et ça me fatigue (presque autant) de regarder les autres en faire...

Du coup, je me suis demandée comment on pourrait être infertile, mais heureux et épanoui grâce au sport, surtout quand on n'aime pas ça ! Et j'ai trouvé LA solution :

Faire comme Tom Hanks qui a adopté un ballon de volley dans le film « Seul au monde » !

Nous, on pourrait adopter un ballon de handball (oui, c'est quand même plus petit donc plus pratique à transporter qu'un ballon de volley). Comme Tom, on lui donnerait un petit nom, et on ne se casserait pas la tête, car c'est comme le Port Salut, c'est écrit dessus ! Donc, notre enfant s'appellerait Hummel, et même que ça serait vachement marrant parce qu'on pourrait faire plein de blagues du genre :
— Hummel pue du cucul la petite !
(si votre ballon est un garçon, je vous conseille d'acheter une autre marque)

Un problème se pose, par contre :
Pour celles et ceux qui aiment vraiment le sport, vous pourriez être pris de pulsions démoniaques qui vous pousseraient à jeter votre nouvel enfant contre le sol pour le faire rebondir. Alors oui, avec celui-ci vous aurez le droit de le faire, mais cela risquerait de vous donner de mauvaises habitudes en cas d'éventuelle future réussite à être parents d'un « vrai » enfant...
Enfin bon, c'est vous qui voyez, bien sûr !



vendredi 13 juin 2014

86. Oui, ben, je suis désolé, madame, mais les traitements hormonaux qui font grossir, c'est une légende, hein ! Z'avez qu'à moins vous goinfrer !

— Et le docteur hyper compatissant et compétent, qui a choisi ce métier par pure noblesse d'âme, c'est une légende aussi ?

Fort heureusement non ! Mais quand cette phrase vient d'un professionnel de la santé, on ne peut que se dire que décidément, il y a des gâches-métiers partout...

Parce que non, les traitements hormonaux qui font grossir, ce n'est pas une légende ! C'est au contraire une triste réalité qui, même si elle n'est pas systématique chez toutes les femmes en traitement, représente malgré tout un pourcentage important ! C'est tellement plus facile de clamer que la femme infertile grossi parce qu'elle déprime à cause de ses échecs et que donc elle se goinfre pour se remonter le moral...
Ce n'est pas grâce à des gens comme ça, qui vivent encore dans leur convictions moyenâgeuses, que la recherche et les progrès de la médecine avancent... Mais bon, il faut de tout pour faire un monde... enfin, il paraît !



vendredi 6 juin 2014

85. Tu n’as pas besoin d’enfant maintenant que t’as acheté ton chien…

— Mais tu as fichtrement raison, crénom d'un p'tit bonhomme ! D'ailleurs, je peux même rajouter, que puisque le chien est le meilleur ami de l'homme, je n'ai donc plus besoin de toi non plus ! Bye, bye ! 


lundi 26 mai 2014

84. Il paraît que l'infertilité, c'est souvent psychologique...

Réflexion encore entendue très récemment... Mais c'est un peu de ma faute, et voici pourquoi (oui, parfois, je raconte aussi ma vie) :

Quand, en voyant mon ventre rond, une personne me demande si c'est mon premier, je réponds en souriant que non, c'est mon troisième. Là, irrémédiablement, l'interlocuteur(trice) fait de gros yeux ronds (genre, elle est vraiment timbrée, celle-là, de faire 3 gosses). C'est à ce moment que je ne peux m'empêcher de me « justifier » (me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien) :
— Oui, mais c'est parce que c'est un petit miracle, celui-ci ! On a vachement galéré pour avoir nos deux premiers, on est infertiles, on a fait des FIV, ça devait pas marcher naturellement, et tout, et tout... 

Je ne vous fais pas de dessin (parce que c'est Ludow qui s'y colle !), vous aurez bien compris, qu'inévitablement dans la tête des gens, mon infertilité venait donc d'un blocage psychologique que je suis enfin parvenue à débloquer, et que forcément, paf, ce fléau du siècle est très très très très souvent dû à ça ! Si, il paraît qu'ils l'ont dit à la télé l'autre jour !

Donc, il y a quelques jours, la fille aux yeux ronds affiche un visage émerveillé et clame :
— Quoi ? Tu pouvais pas avoir d'enfants et finalement ça a marché ? Tu vois, j'ai vu une émission à la télé la semaine dernière dans laquelle ils disaient que l'infertilité, c'était presque toujours psychologique et qu'ils ne savaient pas comment décoincer les gens !

Là, dans mon esprit « décoincé », je me suis imaginée en train de lui sauter au cou en lui hurlant :
— Mais n'importe quoi espèce d'ignare, j'suis pas coincée ! Et puis même si c'était le cas, il vaut mieux être coincée que conne, na !
Puis, dans un dernier geste libérateur, je lui aurais collé une bonne grosse baffe !

Au lieu de cela, j'ai pris un grand bol d'air pour ne pas mettre en œuvre mes pensées, et j'ai répondu du plus calmement que possible :
— Tu ne sais pas encore qu'à la télé, ils ne disent que des conneries ? Fais gaffe à toi, car c'est pas en écoutant des absurdités qu'on devient instruit, tu sais...

Bon, elle ne m'a plus reparlé depuis, mais au moins, elle est encore intacte physiquement...  


lundi 19 mai 2014

83. Mais non, t’as pas fait cette FIV pour rien : c’est juste un pas de plus pour y arriver !

Si l’on vous sort cette réplique, n’hésitez surtout pas à demander :
— Ah bon ? Et t’en as eu beaucoup toi, des « pas » à faire pour y arriver ?
— Moi ? Oh non, je n’ai pas eu besoin de marcher, c’est venu tout seul !

J’me disais aussi…

Donc, je sais que vous essayez de nous remonter le moral et que ça part d’un bon sentiment, mais là, c’est comme si une personne qui ne marchait que le dimanche pour effectuer les 500 mètres qui le sépare de la boulangerie, donnait des conseils sportifs à un marathonien…




dimanche 11 mai 2014

82. Ton attitude devient insupportable : tu te métamorphoses dès qu’on parle de bébé, on ne peut jamais rien dire !

Le truc, c’est que les gens, dès qu’ils ont des mouflets, ils ne peuvent pas s’en empêcher, ils ne parlent QUE de ça ! C’est pas de leur faute, c’est comme ça. Moi-même, c’est pareil : à partir du moment où j’ai eu enfin mon enfant, je suis devenue mono-sujet de conversation…
Mais bon, faut avouer quand mêmequ’un effort pourrait être fait par certains ! En parler un peu, c’est bien, mais ne parler que de ça, c’est trop… surtout quand c’est pour des trucs dont franchement, tout le monde se contrefiche.
Des exemples ?
— J’suis trop contente ! Mon bébé était constipé pendant 3 jours et là, ça y est, il a fait le plus gros caca du monde, regarde, je l’ai pris en photo ! Le caca hein, pas le bébé !
— Je pense que mon fils est surdoué ! Il a 3 mois et hier, quand je lui ai demandé s’il avait faim, il m’a souri et a répondu : « areuh ». Tu crois que je peux lui faire faire un test de QI maintenant ?
— Ça y est, ma fille a goûté la purée de carottes ! Il ne me reste plus qu’à lui faire connaître la courgette, le petit-pois, les épinards, le céleri, le concombre, la tomate, l’aubergine, les haricots verts, les champignons, le navet, le chou, le brocoli, le potiron, le poireau, le panais… Oh ? Tu dors ?

Voilà… Bon, vous l’aurez compris, y a des choses qu’on peut s’abstenir de dire, surtout devant une personne qui galère depuis pas mal de temps… Cela s’appelle : la délicatesse !

Enfin, c’est vous qui voyez, bien sûr ! Mais je tiens à vous prévenir : un(e) infertile qui "se métamorphose", pour de vrai, c’est comme Hulk qui débarque sans prévenir dans votre bureau pour tout casser ! Ne déchaînez pas sa colère… ça peut faire de sacrés dégâts ! Vous êtes avertis !